T.K. Chiba - Hommage à Morihiro SAITO Sensei

Remerciement & Copyright

Ce texte est apparu initialement dans Biran, the Aikido Journal of Birankai/USAF-Western Region.
© Birankai international - http://www.birankai.org/
Traduction Française: © Georges Le Nestour - Iwama Ryu France

Hommage

Le monde de l’Aikido se voit une fois de plus endeuillé par une perte immense, celle de Morihiro Saito Shihan qui est mort le 13 mai 2002. Pendant de longues années, il avait suivi l’enseignement du fondateur, Morihei Ueshiba, et était l’un de ses élèves les plus gradé. Il était devenu le gardien du Temple de l’Aikido à Iwama (préfecture d’Ibaragi, Japon). D’une manière ou d’une autre, la grande influence de Saito Sensei s’exerce encore sur presque tous les continents. Il appelait souvent son art « Aikido traditionnel » et il est en effet indubitable que dans celui-ci - dans son essence même comme d’un point de vue historique - la marque d’une transmission directe de l’enseignement du fondateur était présente.

O-Sensei - Morihiro Saito
O-Sensei and his student Saito Sensei
J’ai eu la chance de pouvoir suivre l’enseignement de Saito Sensei lorsque je suis entré au dojo d’Iwama comme ushideshi à la fin des années 50 et également lors de ses venues au Hombu Dojo un dimanche par mois au début des années 60.

Il me semble encore entendre le son de ses pas lorsqu’il quittait sa maison à l’aurore pour faire les cinquante mètres qui le séparaient du dojo d’ Iwama où il allait donner son premier cours de la journée. Tandis que le son très particulier des geta (chaussures en bois) raisonnait au travers des pins gelés je devais me mettre en éveil, pensant « le voilà qui arrive ». Je devais être prêt, non seulement pour l’entraînement sur le tapis mais également pour être sûr que tout avait été fait correctement. Pas une seule chose, si infime soit-elle ne devait avoir été omise ou oubliée, même pas une seule fois.

Saito Sensei assurait les premiers cours du matin ainsi que les cours du soir à Iwama chaque fois qu’il n’était pas en rotation aux chemins de fer nationaux.

O-Sensei lui aussi enseignait parfois le soir ou venait juste pour observer. Il se tenait assis devant le kamisa sans un mot, immobile, avec un regard d’aigle, pendant que Saito Sensei donnait le cours. Il mettait souvent l’accent sur la notion de katai-keiko, ce qui peut se traduire par « solidement » mais veut réellement dire avec énergie, vigoureusement, de toute ses forces, sans économiser sa puissance, sans jouer.

Dojo Aikido Iwama
O-Sensei's dojo in Iwama
L’entraînement ainsi que l’atmosphère qui régnait à Iwama étaient non seulement différents de ce que j’ai pu expérimenter au Hombu Dojo mais en tous points opposés. Au Hombu Dojo l’accent était mis sur l’écoulement du ki si bien qu’au début, j’étais totalement perdu.

La majeure partie des pratiquants d’Iwama étaient des fermiers du coin, des gens qui travaillaient dur dans les champs toute la journée. Leurs os étaient épais et leur force physique était grande. Ils possédaient un trait typique de la région que l’on appelle « Mito kishitsu », sorte de caractère viril comparable à de la bravoure. C’était en fait une culture bien différente de celle que l’on trouvait au Hombu Dojo à Tokyo. Vivant dans la capitale, les pratiquants du Hombu étaient soit des employés de bureau, des intellectuels, des hommes d’affaire soit des politiciens et des étudiants.

Les pratiquants du Hombu qui s’aventuraient à Iwama devaient paraître de bien pales et faibles citadins comparés au gens de la campagne qui s’y entraînaient. Et il est vrai que les pratiquants d’Iwama nous traitaient comme des élèves du Hombu Dojo et en tant que tels nous défiaient et nous menaient la vie dure. C’était une question de survie pour les membres du Hombu, même pour les ushideschis dont je faisais partie. Et au sommet de cette montagne que nous devions gravir de toute notre force se trouvait Saito Sensei.

Bien évidemment Iwama n’était pas très populaire aux yeux des ushideschis du Hombu Dojo, non seulement à cause des défis qui leur étaient lancés mais aussi parce que leur obligations journalières en tant qu’uchideshis d’ Iwama étaient très pénibles : travaux des champs, nettoyage du Dojo et du temple… Pire encore, il fallait s’occuper du vieux couple : O’Sensei et sa femme. Cela, la plupart des jeunes gens de la ville ne purent le supporter, habitués qu’ils étaient à la vie trépidante et au luxe de la vie citadine.

Taren uchi
Saito Sensei and his master
Outdoors training
De temps en temps, dans la journée, O’Sensei donnait des cours dans les bois, à l’extérieur du Dojo. La plupart du temps, un travail très intensif de yokogi-uchi seul ou avec partenaire constituait l’essentiel du cours. Il s’agit d’une méthode d’entraînement traditionnelle bien connue à l’école Jigen de Kagoshima, dans le sud du Japon, qui consiste à exécuter des frappes de manière continue sur des fagots faits de branches fraîchement coupées disposées sur une structure de croisillons de bois. Lors de ma première participation à cet entraînement, je perdis la peau de mes mains et me mis à saigner pendant dix minutes.

Saito Sensei semblait toujours sentir la présence de O’Sensei qu’il soit physiquement présent à Iwama ou non et son enseignement avait toujours le même contenu : les bases, katai-keiko.

Je me souviens tout particulièrement d’une démonstration qu’il effectua avec d’autres shihans de haut niveau devant O’Sensei lors de la célébration du Nouvel An au Hombu Dojo.

Il démontra katate dori de ikkyo à yonkyo tout comme il le faisait dans ses cours. Il savait combien il était imprudent de démontrer autre chose devant O’Sensei.

Morihiro Saito Sensei
Morihiro Saito Sensei
Je suis bien conscient du service rendu par Saito Sensei au monde de l’Aikido et de son immense contribution. En ce qui me concerne, non seulement j’estime qu’il fût l’un des plus grands professeurs d’Aikido mais aussi qu’il fût très dévoué à O’Sensei et à sa femme dans les dernières années de leur vie. De toute évidence c’est bien la preuve d’un profond respect et d’une indéfectible loyauté envers son professeur.

Je me demande souvent si j’aurais fait preuve moi-même d’autant de force mentale pour atteindre un tel degré d’abnégation et effectuer une telle somme de travail, une tâche que même les membres de la propre famille de O'Sensei auraient hésité à accomplir !

Lorsque l’on connaît le caractère de O’Sensei et de sa femme, l’on peut aisément imaginer que la tâche n’était pas simple. Ils avaient des valeurs bien différentes de celles des japonais d’aujourd’hui. Lorsque j’y repense maintenant, je me demande s’il n’y avait pas quelque chose de bien plus fort que le simple respect et la fidélité s’agissant des relations entre Saito Sensei et son professeur. J’imagine que Saito Sensei avait été initié à une sorte d’art de vivre qu’il aurait enfoui au fond de son cœur et emporté avec lui dans la mort. Pour moi il s’agit là du modèle classique parfait, incarné, de l’essence même de l’art du guerrier.

Alors que les générations se succèdent, cette partie de la vie de Saito Sensei tend à s’effacer des mémoires ou à disparaître au profit de l’histoire officielle de l’Aikido telle que la présente l’autorité officielle. Cet aspect très privé de l’histoire de l’Aikido – le dévouement dont a fait preuve Saito Sensei qui a mis sa famille et lui-même au service de O’Sensei – mérite d’être considéré avec respect et gratitude et doit être transmis de génération en génération. Je pense qu’il en va de ma responsabilité d’écrire ces quelques mots, en tant que témoin direct d’une partie de cette histoire.

Ainsi se termine la petite élégie que je voulais offrir en l’honneur de Saito Sensei. Je prie de tout mon cœur pour qu’il repose en paix à jamais.

Gassho
Palm to Palm,
T.K. Chiba
San Diego, Californie
16 mai 2002

L'auteur



Chiba Sensei - Aikido
T.Kasuo Chiba Sensei, 8th Dan Aikikai
Birankai USAFWR Summer Camp 2003
Photo Courtesy: Gary Payne
T.K. Chiba was born February 5, 1940 in Tokyo.
At 14 years of age, he began serious Judo training at the International Judo Academy.
In 1958 he found Aikido and began seven intensive years of live-in study as an uchideshi, or O'Sensei's private student, at Hombu Dojo.
Chiba Sensei moved to Sunderland, England, in 1966.
In 1981, he accepted an invitation from the United States Aikido Federation (directly affiliated with Hombu Dojo, Aikido World Headquarters, and currently headed by Moriteru Ueshiba Doshu) and moved to San Diego, California. There he formed San Diego Aikikai. Currently he is Chairman of the Teaching Committee of the USAF Western Region. He holds the rank of 8th Dan.

Source: http://www.usafwr.org/sandiego