Samedi 25 Mars 2017  
 
:: Navigation ::
 Accueil
 Aïkido traditionnel
 O-Sensei
 SAITO Sensei
 Daniel TOUTAIN,
 ...et ses élèves
 AikiDojo (Iwama)
 AikiDojo (Rennes)
 Uchi Deshi!
 Dojos en France
 Stages
 Livres
 Articles
 Techniques
 Grades Kyu
 Vocabulaire
 Fonds d'écran
 Album photos
 Clips Videos
 Iwama Ryu
 Links divers
 Redirection
 Forum ?
 Crédits
 Contactez nous!

:: Soutien ::

Aikido in World
Amnesty International


Techniques de base

par Morihiro SAITO Sensei

2eme partie

Tiré de la version française du Volume 2 de la nouvelle série de livres Takemusu Aikido écrite par Saito Sensei en collaboration avec Stanley Pranin. (Traduction française : Daniel Toutain - Edition Budo Concept).

Reproduit ici avec l'autorisation spéciale de :
© Stanley Pranin -Aiki News- et Budo Concept.


L'importance que revêt la période Iwama dans l'évolution de l'aïkido est expliquée dans le bref historique du Tome 1 de la série Takemusu Aikido. A Iwama, dans la préfecture d'Ibaragi, loin de l'agitation des villes, le fondateur se consacra en effet corps et âme à son entraînement. Il transforma les techniques linéaires du Daito-Ryu Aïkijujutsu qu'il avait apprises avec Sokaku Takeda en techniques d'aïkido souples et fluides. Durant cette période, le fondateur se concentra également sur la pratique de l'aïkiken (sabre) et de l'aïkijo (bâton) et sur la corrélation entre le ken, le jo et le taijutsu (techniques à mains nues). Les mouvements du sabre, en particulier, devinrent le fondement du taijutsu du fondateur. En combinant les techniques d'armes et les techniques à mains nues, il créa une infinité de techniques adaptées à des situations précises. C'est ce que le fondateur appelait "takemusu aïki". La maîtrise des techniques de base, qui trouvent leur origine dans l'aïkiken, est indispensable pour atteindre ce niveau de pratique "takemusu aïki".

 Shironage, Kotegaeshi - La relation armes/mains nues
Shihonage est entièrement basé sur les principes du sabre et représente une technique fondamentale en aïkido. Quiconque exécute correctement shihonage devient habile en aïkido. Le fondateur affirmait également que l'on ne pratique jamais assez shihonage.
Kotegaeshi est nécessaire pour entraîner les poignets et fortifier les articulations. Il est important de pratiquer kotegaeshisur les attaques katadori et yokomenuchi pour comprendre les principes sous-jacents qui relient le ken, le jo et le taijutsu. Ces techniques et les mouvements shihonage mentionnés plus haut doivent faire partie de l'entraînement.
Les techniques kotegaeshi ont un point commun avec le deuxième kumitachi ou techniques de sabre à deux. Exécuter yokomenuchi kotegaeshi avec la sensation de pratiquer le deuxième ou le quatrième kumitachi permet de reproduire une technique à la fois belle et fluide. Donc, pratiquer les dits kumitachi en gardant en mémoire yokomenuchi kotegaeshi et katadori kotegaeshi donne la capacité d'effectuer un mouvement d'entrée rapide dans les techniques en taijutsu.

Le fondateur associait toujours le ken et le taijutsu. Il avait coutume de dire : "Les deux ne font qu'un ! Les deux sont identiques !" L'aïkido est issu de l'union de la pratique du taijutsu et de la pratique des armes. C'est ce que O Sensei enseignait à Iwama. Il faut absolument mettre l'accent sur la pratique à mains nues et la pratique des armes pour rester fidèle aux enseignement du Maître. C'est en gardant cela présent à l'esprit que l'on est amené à comprendre la relation qui existe entre les techniques du ken, du jo et du taijutsu lorsque l'on exécute shihonage et kotegaeshi.


 Iriminage - Travail contre plusieurs adversaires
Iriminage est l'essence même de l'aïkido. Avec iriminage on peut réagir contre plusieurs adversaires et contrôler une attaque puissante en utilisant un minimum de force. Comme kokyunage, iriminage représente l'étape ultime et l'essence de l'aïkido. Dans iriminage, le principe de base consiste à projeter son adversaire dans la direction d'un autre assaillant, quelque soit le côté par lequel celui-ci se présente. Les techniques en ki no nagare sont là pour répondre à ce genre de situation. Avec ki no nagare on peut changer à volonté la direction dans laquelle on projette.
D'autre part, en ki no nagare, on s'harmonise habilement avec le partenaire pour guider sa force de manière à ce qu'il ne puisse pas s'échapper en tournant. Pour accomplir cela, il faut garder les hanches stables. Si les hanches ne sont pas stables on perdra l'équilibre lorsque l'on essaiera de guider une attaque puissante. Le fondateur répétait toujours: "Pratiquez tai no henko pour développer la stabilité de vos hanches". Tai no henko constitue la base des techniques ura ou techniques d'ouverture en tournant et sa pratique rend capable de guider l'attaque d'un adversaire puissant. Il ne faut pas omettre de développer la stabilité des hanches pour être en mesure de contrôler toutes sortes d'attaques puissantes. Ainsi, l'aïkido que l'on pratiquera sera en accord avec les enseignements de O Sensei.


Des illustrations viendront prochainement agrémenter ce texte.